CR Gravity Race 2016

Sortie de l'eau à la Gravity Race

La Gravity Race par Agnès

Cette course m’a tout de suite attirée et elle ne m’a pas quitté depuis mon inscription. Lorsque j’ai compris que Camille, mon binôme, était aussi tenté que moi, alors le challenge était lancé même si cela me paraissait délirant ces 2000m de dénivelé positif.

Mon entrainement a été fastidieux avec un planning de rentrée particulièrement asphyxiant. Néanmoins, je n’étais pas la seule dans ces difficultés avec Guillaume C. et Ludo blessés, Bruno submergé de travail, Kmille et ses multiples entraînements de vélo et JIP en vacances ou presque…

Enfin, Annecy. Le temps s’annonce clément et un lac à 14°c, ça me semble bien.

Je suis toujours un peu stressée mais la présence de mon binôme me rassure beaucoup. La grosse portion de natation passera facile, Camille gère !!!

Le voyage se fait avec l’estafette du club pour 7 d’entre nous : il est des plus sympa, le temps passe vite avec un pique-nique délicieux préparé par notre Marianne.

La maison que nous louons est parfaite ! Spacieuse, confortable avec pleins de couchages. Ma voisine de lit est Kmille. Elle va me faire rire jusqu’à minuit passé !

Départ de la Gravity Race 2016

Jour J. Super mal dormi évidemment, je ne dors jamais bien avant et après une course comme si mon corps se mettait déjà en mode compétition.

Mes affaires sont censées être prêtes depuis la veille mais évidemment, j’arrive à oublier mes plaquettes sur le lit… Demi-tour sur la route alors que nous sommes déjà un peu juste. Personne ne râle vraiment, heureusement ! Nous perdons 15 minutes dans notre timing. Les BBrockets, dont le voyage et l’hébergement a été offert par Salomon (et oui, ils sont très forts!) que nous récupérons au passage, nous attendent patiemment au froid mais sereinement aussi…

Départ dans l’eau bien fraîche, ça réveille parfaitement ! Il y a un de ces mondes à ce moment là !!! En général, je laisse toujours passer. Je ne supporte pas trop de recevoir des coups de plaquettes ou même de jambes, mais là, je n’ai pas le choix. Camille est vraiment en forme, tellement en forme qu’à chaque coup de bras, l’élastique se tend et il me tracte littéralement ! Lorsque nous sortons de l’eau nous sommes dans les premiers… Je vois Boris et Ben, incroyable, nous aurions presque pu les doubler !

La 1ère longue et dure course à pied (CAP) commence ; 11,5 km avec le plus gros dénivelé. Nous montons bien avec une bonne allure. Camille s’est mis devant moi, il double quelques équipes et je le suis : je n’aurais jamais osé ! Les Saucisses camembert nous rattrapent rapidement mais je suis ravie d’avoir été un peu devant eux, et Guillaume B. me le signifie ! Voici Greg et Jérôme, c’est leur 1er swimrun mais je sais qu’ils peuvent briller. Ils montent facilement aussi. Quelques minutes plus tard, surprise, j’entends derrière moi une voix chaleureuse et enjouée que je connais très bien, voici Bruno et Guillaume C., ils sont très en formes et ils me font bien plaisir.

Evidemment, grosse montée signifie grosse descente et là, je m’aperçois que je ne suis pas du tout à la hauteur, nous nous faisons doubler sans arrêt… Je n’arrive pas à me laisser aller, je suis contrariée ! Trois équipes mixtes nous doublent facilement tandis que moi, je freine en permanence !

Agnès et Camille en course à pied à la Gravity Race 2016

2ème natation, quasi 800m, soit la même distance que la 1ère. Camille est plus modéré, nous trouvons notre rythme. Cette natation me semble plus équilibrée même si nous avançons très vite ! Nous redoublons multiples équipes dont les 3 mixtes. La 1ère mixte semble bien loin devant.

Cette CAP va être encore difficile, 10,5km mais l’ascension est un peu moins importante et c’est la dernière grosse difficulté. Dyder et Caro sont là pour nous encourager, ça nous booste instantanément. Nous allons bien monter et tant pis, la descente sera fastidieuse mais je me promets de sérieusement améliorer ça pour mes prochaines courses.
La descente est encore plus longue que la montée, je ne souffre pas vraiment mais je peste intérieurement d’être si empotée. La descente se finit sur la route, les cuisses et les pieds tapent bien.

Camille commence à ressentir des douleurs dans les mollets.

Le ravitaillement arrive à point nommé. Et incroyable, j’ai là, 2 amis à moi : Sylvie et Cyriaque, ça fait tellement longtemps que je ne les ai pas vu ! Ils me font un bien fou. Je bois au moins 5 verres de boisson sucrée. Je suis prête pour ces 1000m de traversée.

Il fait chaud et nos jambes méritent un peu de repos. Je n’ai jamais su nager droit mais avec mon binôme, je ne m’en tracasse pas et c’est très facile.

3ème CAP, 5,5 Km. J’ai reproduit sur mes plaquettes le tracé de notre course. La montée va être modérée mais constante sur plusieurs Km. Mes amis sont encore là, ils nous accompagnent sur le début de cette course. Ils sont désolés car ils ne sont pas habillés pour courir, mais ça tombe bien, ça grimpe déjà donc nous marchons avec plaisir. Un peu plus haut, Caro nous encourage, accompagnée de sa maman, ça fait chaud au cœur. Allez Camille, j’ai des ailes ! Le sentier en haut est vraiment joli même si nous ne prenons pas vraiment le temps de l’apprécier.

La descente est très difficile car ça glisse terriblement. Camille n’est pas plus à l’aise que moi. Je suis contente d’arriver en bas.

Il nous reste 2 natations et une CAP de 6 km. C’est bon pour moi. Je ne sais pas quel va être notre classement mais je me sens très bien et j’ai très envie de courir ! C’est autre chose pour Camille, ses jambes flanchent un peu néanmoins j’ai confiance en lui. Les 800m dans le lac glissent sans problème, mon binôme est dans son élément. Pour la CAP, je motive Camille qui arrive à trottiner un peu. J’essaye de faire diversion pour qu’il oublie sa douleur.

Ca y est, on rentre dans l’eau pour les derniers 1700m qui vont nous être salutaires pour notre classement. Camille trace et nous fait doubler la 2è équipe mixte.
Enfin, il reste qu’1km de CAP, tellement facile et nécessaire pour nous réchauffer un peu. J’ai Mimi, mon amie d’enfance de l’école primaire qui est là. Elle vit à 1h130 de là mais ça fait 15ans que l’on ne s’est pas vu alors, l’occasion était belle et tellement inespérée !

L'ACBB Triathlon à la Gravity Race 2016

Le poste d’arrivée prévu s’est dégonflé… Mais nous avons mieux, il y a Ben et Guillaume B. qui nous font l’honneur de le maintenir bien haut pour une arrivée exceptionnelle.
Après, c’est vrai qu’il fait un peu froid et pas facile de se réchauffer quand on n’a pas prévu d’affaires de rechanges en plus… Ludo, gentiment, s’occupe de moi : il me donne à boire, me frotte le dos et à l’excellente idée de me glisser de l’eau, en fait, du thé, très chaud dans ma combinaison et c’est terriblement efficace !

Nous attendons l’équipe des journalistes, Kmille et Jip qui se sont bien marrés pendant cette course. Du coup, ils ont mis un peu plus de temps que nous.

Malheureusement, les organisateurs ont modifié sans prévenir, les horaires de remise des prix et c’est pourquoi Camille est monté seul sur le podium (j’étais partie me remaquiller un peu).

Je suis tellement contente de cette course que maintenant, je voudrais faire Ötillö, ce sera mon prochain challenge !!

Gallerie photo ACBB de la Gravity Race 2016.

Deux podiums jeune au Bike and Run de Palaiseau !
Gravity Race 2016
Tags: